Mardi 15 juillet : Le pays Minang


Bukittingi - pays minang

Le riz séche par terre au soleil
 Batusangkar : riz

 


Bon exemple d'architecture minang au sein de ce petit village. Les couvertures traditionnelles des toitures en tavillons  sont malheureusement peu à peu remplaçées par de la tôle. On continue à construire dans les style local, mais en dur et non plus en bois. Malgré la pauvreté des habitants de cette région, il existe une volonté de conserver le patrimoine, ce qui constitue un plus pour l'économie avec le tourisme.

Sumatra - pays minang

 

Bukittingi : région des villages minang Sumatra - Tanah Datar : architecture typique

 Batusangkar et environs : maison minang

Cliquez seulement si vous avez cette page en plein écran   

Page suivante  Pays Minang


 Une bien jolie histoire vraie!

Dans cette région de Sumatra, vivent différentes ethnies : Javanaises, Batak et Tapanuli, mais la principale est le peuple de Minang ou Minangkabau, sa culture est le matriarcat. Pour l’origine du nom Minangkabau, nous retiendrons la légende de David et Goliath. Il y a environ 600 ans, l’un des rois de Java désirant s’emparer de leur territoire commit l’erreur d’envoyer un messager pour avertir la population des ses intentions et la forcer à se rendre. Les astucieux Sumatranais, n’étant pas prêts à céder sans se battre, proposèrent pour éviter d’inutiles épanchements de sang, un combat entre taureau javanais et un taureau sumatranais. Les sumatranais envoyèrent un jeune buffle non sevré se battre contre un énorme taureau javanais – une ruse qui surprit autant l’animal que le public. Le buffle apparemment sans défense, fonçat résolument sur le taureau et se mit à presser son museau sur le ventre de celui-ci en quête de lait. Peu de temps après, le taureau laissa échapper un beuglement de douleur et prit la fuite, la panse sanglante et le buffle à ses trousses. Lorsque le taureau finît par tomber raide mort, les Sumatranais pûrent s’exclamer : « minangkabau, minangkabau ! », signifiant litéralement, « le buffle gagne, le buffle gagne ! ». En fait les propriétaires du buffle l’avaient séparé de sa mère quelques jours avant le combat. A moitié de mort de faim et les cornes parés de pointes métalliques acérées, le jeune buffle, pour apaiser sa faim, déchiqueta le ventre du taureau. Source texte : LONELY PLANET – Version française

Cliquez seulement si vous avez cette page en plein écran   

Page suivante
Pays Minang